Alberto MAGNELLI (1888-1971)

Lot 121
Aller au lot
40 000 - 60 000 €

Alberto MAGNELLI (1888-1971)

L'Injustice Structure de traverses de bois et pierres diverses (silex, grès rouge,...), support et agrafes métalliques. Haut.: 227 cm - Larg.: 205 cm - Prof.: 90 cm SC. L'oeuvre est accompagnée de son plan de montage manuscrit au stylo bic par Magnelli. Un certificat de Madame Anne MAISONNIER-LOCHARD, spécialiste de l'oeuvre d'Alberto Magnelli, sera remis à l'acquéreur. Provenance: - Collection Georges Hugnet depuis 1960 - Collection de Monsieur X, acquis auprès de Madame Georges Hugnet en 1999. Une sculpture monumentale d'Alberto Magnelli ayant appartenu au surréaliste Georges Hugnet. Une oeuvre monumentale, un Autel-Totem qui renvoie aux cultures primitives. Magnelli fut un grand collectionneur d'art primitif, en témoigne la donation de sa collection aux musées nationaux français. Le titre nous oriente toutefois vers la signification de l'objet qui fait allusion aux grandes tragédies du XXe siècle. Des pierres naturelles (silex, laves ou pierres diverses), anthropomorphiques (corps, squelettes ou os) sont présentées sur une structure géométrique en madriers de chemin de fer. Les pierres sont soutenues, enchâssées dans des griffes de métal acérées. Des agrafes métalliques en forme de crânes de taureau sont fichées dans les madriers. Si la structure orthogonale est bien issue des géométries «magnélienne» et renvoie à son travail de peintre abstrait, Magnelli introduit dans L'Injustice une dimension magique, nouvelle et unique dans son oeuvre. Magnelli avait fait une incursion dans le Surréalisme au cours des années 30 (Pierres, série d'oeuvres de 1934), mais c'est sans doute dans le cadre de son amitié avec Hugnet qu'il faut replacer cette oeuvre. Magnelli l'abstrait, Hugnet le surréaliste L'amitié de Magnelli, l'abstrait, avec le monde surréaliste est connue ; celle avec Georges Hugnet est attestée depuis 1934. Magnelli dessine en 1961 et offre à Hugnet une sculpture monumentale (Fig 1) que le poète va assembler (grâce au plan de Magnelli, Fig 2) dans le jardin de sa maison de l'Ile de Ré, baptisée l'Herbière. Historien du Dadaïsme, rallié au surréalisme, Georges Hugnet, également poète, a réalisé des collages, dans l'esprit de Max Ernst, parmi les plus singuliers. Le Dictionnaire-Catalogue de la dernière exposition «L'objet surréaliste» du Musée National d'Art Moderne (2013) rappelle à l'entrée Hugnet, la place centrale de l'objet dans la réflexion et de la poétique des surréalistes. L'Injustice par le détournement des matériaux (ces pierres caprices de la nature sont aussi des oeuvres d'art) et l'ambigüité de sa signification, s'inscrit dans cette poétique. Hugnet écrit la même année un poème très onirique inspiré par l'Injustice autour de son cadeau L'Injustice. Fig 1 - L'Injustice, exposée dans le jardin du poète Georges Hugnet dans sa maison de Saint-Martinen- ré, sur l'île de Ré. (Revue Aujourd'hui art et architecture, numéro 30, reproduit page 61). Fig 2 - Plan de L'Injustice de Magnelli avec au recto les instructions pour le montage de l'oeuvre.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue