Grand fragment de tapisserie Franco-Flamande...

Lot 340
Aller au lot
20 000 - 25 000 EUR
Résultat : 18 000 EUR

Grand fragment de tapisserie Franco-Flamande...

Grand fragment de tapisserie Franco-Flamande d'époque Louis XII Vraisemblablement atelier de Tournai vers 1500 "Le jardin merveilleux" Description de la scène: Cette tapisserie contient une clôture piquetée, ce qui devait constituer une enceinte. Deux fines colonnes couronnées par des lions héraldiques portant des bannières doivent en marquer l'entrée. À l'intérieur de l'enclos on peut voir deux cerfs, représentant l'âme humaine. En dehors, on trouve les animaux fantastiques représentant le mal ou les âmes égarées: au premier plan, un griffon interprété ici comme incarnation du démon et un lion, symbole de force et de courage, se font face à face. Ce duel peut représenter le combat du vice et de la vertu ou la dualité de l'âme partagée entre le bien et le mal. D'autres animaux peuplent la tapisserie: en bas à gauche un lapin, en bas à droite un léopard dévore un renard et une pie à longue queue se tient sur la palissade. Les animaux sont entourés de fleurs et de plantes de diverses essences comme des pensées, chardons, fraisiers, fleurs papillionacées... Qui donnent à ce jardin un aspect fantastique et surréel. Presque tous les motifs de cette tapisserie sont des symboles chrétiens. Le jardin clos- Hortus Conclususselon le cantique des cantiques, le portail clos-Porta Clausa- sont des symboles médiévaux pour la virginité de la vierge Marie et la virginité en général. La palissade symbolise la foi chrétienne. Le griffon, moitié aigle, moitié lion, peut symboliser la dualité de la nature du christ, moitié divin, moitié humain. Cependant, bien que les motifs de cette tapisserie aient à l'origine une signification chrétienne, la manière dont ils sont associés suggère ici un jardin de paradis ou un jardin merveilleux, motif populaire autour de 1500. L'enclos symbolise également la nature domestiquée, la civilisation. Il était courant de représenter des hommes sauvages pratiquant des activités comme la fauconnerie dans ces enclos. Cette tapisserie se situe pendant la période dite "pré- Renaissance" c'est-à-dire entre 1480 et 1520 ces deux dates étant approximatives car elles s'enchevêtrent légèrement avec des tapisseries de la fin du moyen-âge et des tapisseries pure Renaissance. Cette période pré-Renaissance couvre en fait quatre règnes: la fin du règne de Louis XI, les règnes de Charles VIII et de Louis XII et le tout début du règne de François Ier. Le mot "Renaissance" implique une influence Italienne ou un certain "Italianisme", mais nous ne retrouvons pas cette influence dans cette tapisserie. Le carton provient vraisemblablement de peintres locaux ou des lissiers eux-mêmes. Caractéristiques techniques: Chaînes: en laine Trames: en laine et soie Nombre de chaînes au cm: 6/7 Haut.: 228 cm - Larg.: 180 cm - Anciennes restaurations visibles et incrustations sur l'ensemble de la tapisserie. - Quelques usures - Bordure d'origine mais celle du haut est recousue. Le petit galon rouge d'encadrement est postérieur. - Constat d'état à disposition sur demande à l'étude. Provenance: M. et Mme John D.McIIhenny, Mme John Wintersteen et M. Henry P. McIIhenny, don en 1946 au Museum of Art de Philadelphia Comparatif: Il existe plusieurs autres tapisseries qui ont des représentations comparables avec celle-ci. On y retrouve le schéma, avec des variantes, du jardin clôturé et des verdures avec animaux principalement des cerfs à l'intérieur et d'autres animaux entourant la clôture. Cependant, la plupart sont dotées d'une fontaine de vie au centre du jardin symbolisant le message divin. Ainsi, la tapisserie verdure avec animaux, jardin clos et fontaine de vie datée entre 1500 et 1525 et attribuée au sud des Pays-Bas, conservée au Bergisches Museum, Schloss Burg an der Wupper, se rapproche de cette tapisserie de par la présence de cerfs, d'un griffon faisant face à un animal fantastique, d'une clôture fermée par des colonnettes surmontées de lions munis de bannières. Cependant notre tapisserie semble être une réalisation antérieure. La tapisserie Fontaine de Vie, datée du début du XVIe siècle, attribuée à Tournai et conservée au Rijksmuseum d'Amsterdam est extrêmement similaire à celle du Bergisches Museum dans sa composition et dans son style. Au premier plan, un griffon et un animal fantastique se font face. À l'arrière, le jardin est peuplé de biches et de cerfs. On retrouve également des lions munis de bannières sur des colonnettes marquant l'entrée de l'enclos. Notons enfin deux tapisseries de la fin du XVe siècle attribuées à Tournai, parues dans l'ouvrage « les fastes de la tapisseries du XVe au XVIIIe siècle ». Dans la première, Fontaine de Vie, on remarque une composition similaire agrémentée d'une licorne plongeant sa corne dans le bassin de la fontaine du jardin, symbole de pureté. Quant à la deuxième tapisserie, la licorne et le chameau on peut rapprocher le style du griffon du premier plan à notre tapisserie. Des tapisseries similaires sont également conservées dans les collections Burell à Glasgow et au musée des Arts Décoratifs à Paris. On peut affirmer que notre tapisserie faisait certainement partie d'une plus grande composition comprenant une fontaine de vie. Le thème du "jardin clos" qui comprenait diférentes compositions d'animaux fantastiques ou réels et des figures humaines était courant dans les tissages de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle, traditionnellement attribués à Tournai. Bibliographie: Adolfo Salvatore Cavallo, Medieval Tapestries in the Metropolitan Museum of art, New-York, 1993, p 575-585 Dario Boccara, Les belles heures de la Tapisserie, 1971, p.54. Ebeltje Hartkamp-Jonkis, Hillie Smit, European Tapestries in the Rijksmuseum, Amsterdam,2005, p.42-47. Institut de France, Les fastes de la tapisseries du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, 1984, p.12-13. Nina Birioukova, Tapisserie anciennes au musée de l'Ermitage, Leningrad, 1965
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue